LANDFILL (2013)

Generative installation
Avec le soutien du / With the support of FQRSC


"Elle recueille les objets morts dans sa contemplation pour les sauver."
(Walter Benjamin, Origine du drame baroque allemand)

Des êtres humains sont venus ici il y a longtemps.Ils ont parcourus un périmètre qu'ils avaient délimités à l'avance. Ils ont pris des photographies et quelques pierres. Ils sont repartis, laissant l'espace à sa solitude. La surface rocheuse est balayée par un vent stellaire, le silence est illimité. Les rochers sont immobiles depuis des millénaires. Mais peut-être existe-t-il un autre souffle, une respiration à un autre endroit. Peut-être existe-t-il un autre fond, une granularité qui dépasse cette étendue solitaire. Sans doute cet espace est un autre espace quand les êtres humains lèvent les yeux et cherchent dans la nuit quelque chose qui n'est pas sur cette terre. Cet espace est un autre espace, il n'existe pas. Je n'arrête pas de sentir mon souffle, il est toujours suspendu, il a peur de lui-même à force de s'oublier et l'instant d'après il se reprend malgré la suffocation qui lui est depuis toujours tendu.

A panoramic video projection shows computer generated images of a barren earth. In a long and endless tracking shot the camera travels over the surface of this earth. Viewers will wonder about the nature of this uneven terrain, which they don’t quite know how to identify. Is it the moon, another planet, or a distant land ? The irregularities in the surface suggest excavations and the removal of materials from the soil. Perhaps this is, after all, our planet, but in a time that is difficult to envision.
The video proposes a speculative view of an uninhabited earth, imagined in a very distant future after the extinction of the human race. In moving through the room visitors will arrive at this realization after having made the link with the exhibited objects.